20
Jan 12

Maniaques du vin, par ici la monnaie!

Commençons par un petit jeu. Parmi ces névrosés de l’agrégation compulsive, retrouvez le plus sobre :

1) placomusophile, 2) oenographile, 3) hélixophile, 4) capsapyroenophile, 5) oenophile, 6) tyrosémiophiliste, 7) buttappoenophile.

C’était facile…Le tyrosémiophiliste est en effet le seul collectionneur dont l’addiction n’est pas portée sur le vin. Certes, il compile les étiquettes de fromages, et d’aucuns rapportent que le puriste conserve également l’emballage. De bien belles ambiances en perspective chez ces amoureux du claquos…

Mais revenons aux bacchusophilistes. S’il est un parent pauvre parmi les collectionneurs d’objets liés au vin, c’est bien le buttappoenophile. En effet, le placomusophile pourra aisément trouver un collecteur digne de ses plus belles plaques de muselet ; l’oenographile dénichera sans mal un album pour coller ses précieuses étiquettes ; le capsapyroenophile n’a pas plus bel écrin que les murs de sa propre cave pour tapisser d’estampes; quant à l’hélixophile…Bon, lui, il se démerde avec ses tire-bouchons. Mais quid du buttappoenophile? Comment peut-il mettre en valeur ses bouchons de vin patiemment amassés? Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus* ! Nos amis transalpins ont trouvé la parade : The Cork Collection Box! Pour l’équivalent du prix de 2 bouteilles de Haut-Marbuzet, ou de 10 bouteilles du Beaujolais cuvée Terroir de chez Pascal Chatelus, à vous de voir, vous vous offrirez un magnifique présentoir… pour 12 bouchons seulement. Les esprits chagrins me diront qu’un collectionneur de bouchons de vin a vraisemblablement plus de 12 trophées, et qu’au prix de 5€ / bouchon, le présentoir est une solution assez onéreuse. Mais l’irrationalité fondamentale du comportement du collectionneur ne devrait en aucun cas être un frein à l’assouvissement de sa passion.

Alors, merci à Albert l’Astucieux pour cette innovation technologique empruntée à la NASA (de l’adhésif pour décoller les étiquettes de vin retorses), et merci à The Cork Collection Box, pour cette prouesse d’ébénisterie (une boite en bois rectangulaire pour ranger des bouchons de vin).

* : mets donc du déo avant de prendre l’autobus (traduction à l’attention des cuistres latinistes).


06
Oct 11

Bacchus, c’est moi!

Réunies au sein de Signé Vignerons, les coopératives de Bully et de Quincié en Beaujolais, désormais 1er producteur de Beaujolais avec pas moins de 10% de la production totale, ont décidé d’aller de l’avant. Un site web engageant, un recours aux réseaux sociaux, du happening (voir vidéo ci-dessous*), une cuvée allant bientôt porter le nom de Bernard Pivot…On ne peut que se réjouir d’une telle dynamique de la part de vignerons coopérateurs empêtrés dans les  » fusac’  » de structures et la délicate conquête du marché des vins.

* : oreilles sensibles et personnes sobres, s’abstenir…Pardon, Adele…

Mais l’initiative la plus originale consiste à proposer à l’amateur de vin λ** la possibilité de « sponsoriser » une parcelle de Beaujolais travaillée par les vignerons coopérateurs partenaires. Pour 75€ le pack comprenant 6 bouteilles de vin et divers goodies, ou  255€ si vous souhaitez en plus rencontrer le vigneron lors de 4 rendez-vous étalés sur l’année, au grès des cycles végétatifs de la vigne jusqu’aux vendanges, vous vous prendrez le temps d’un millésime pour un compagnon de la treille.

Pour plus d’informations, consulter le site Vis ma Vigne.

 

** : 2 indices pour découvrir cet amateur de vin mystère : il est accro de Counter Strike, et de danses brésiliennes, dont la « Foumoila », délicieusement interprétée par les Inconnus…